Printed From:

Comment attrape-t-on un rhume ?picto bonhomme écharpe

le 21 novembre 2016
4 jeunes dehors sous la neige en train de se moucher

Qui sont les personnes à risque de rhume ?

Tout le monde peut être concerné, à tout âge. Toutefois, certaines personnes sont plus sensibles. C’est en particulier le cas des personnes asthmatiques, à terrain allergique ou encore les jeunes enfants(2)(5). Pour ces derniers, les études épidémiologiques ont en effet montré qu’entre 6 mois et 6 ans, chaque enfant présentera en moyenne 4 à 5 épisodes de rhume par an(5).

 

 

1. Clere N. Le rhume et les rhinopharyngites. Actualités pharmaceutiques n°478. Oct. 2008.
2. Agence de la santé publique du Canada. Fiche technique et de sécurité des agents infectieux : Rhinovirus. http://www.phac-aspc.gc.ca/lab-bio/res/psds-ftss/rhinovirus-fra.php Consulté le 22/07/2016.
3. Société de Pneumologie de Langue Française (SPLF). Rhinovirus : une cause importante d’exacerbation des maladies respiratoires chroniques. Rev. Mal. Resp. 2006. 23 : 29-30.
4. Sloan C. et al. Impact of pollution, climate and socio-demographic factors on spatiotemporal dynamics of seasonal respiratory viruses. Clin. Transl. Sci. 2011. 4 : 48-54.
5. Site d’information médicale de l’assurance maladie. Rhinopharyngite de l’enfant. Juillet 2015. http://www.ameli-sante.fr/rhinopharyngite-de-lenfant/definition-symptomes-evolution.html Consulté le 24/08/2016
   
  

Affection courante de l’hiver, le rhume se propage rapidement d’une personne à une autre. En cause : diverses familles de virus extrêmement contagieux dont la principale est celle des rhinovirus(1)

Une infection courante de l’hiver…mais pas seulement

Les changements climatiques qui accompagnent l’installation de l’automne et de l’hiver sont favorables aux virus du rhume. L’humidité prolonge leur durée de vie et les basses températures diminuent l’efficacité des défenses immunitaires de la muqueuse nasale. De plus, l’air froid inspiré perturbe les mécanismes naturels de nettoyage du nez(1).
Mais attention ! Même en dehors des saisons froides à forte prévalence, ces virus sont présents toute l’année(2). Fatigue, climatisation excessive, voyages en avion, brusques changements de température, sont autant de situations à risque de rhume… Même en plein été.

Les rhinovirus en action

Toutes saisons confondues, 50% des rhumes sont la conséquence d’une infection à rhinovirus humain (RVH). Par ailleurs, en automne et en hiver, ils sont à l’origine de plus de 80% des cas de rhume(2). C’est un virus aux multiples visages, il existe plus de 100 types de rhinovirus différents(2)! Responsable d’infections bénignes comme le rhume, la famille des RVH peut être aussi mise en cause dans l’exacerbation de maladies respiratoires chroniques, comme l’asthme ou la BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive)(3).

Comment le rhume se transmet-il ? Les rhinovirus sont extrêmement contagieux et se propagent d’une personne à l’autre par voie aérienne (transmission dans l’air de fines gouttelettes contenant les particules virales) ou encore, par simple contact direct ou indirect. Les voies respiratoires, par le nez ou la bouche sont alors les portes d’entrée du virus dans l’organisme(2).

Les facteurs favorisants de notre quotidien

Se trouver devant une personne qui éternue, serrer la main d’une personne enrhumée, ramasser un objet ou un mouchoir contaminé… Sont autant de situations banales du quotidien mais à haut risque de transmission d’un rhinovirus. Les facteurs de promiscuité comme les transports en commun, les bains de foule, la vie en collectivité à l’école ou au travail… Favoriseront particulièrement la transmission de ce virus, comme celle des autres virus respiratoires saisonniers.
D’autres facteurs de notre environnement sont aussi à prendre en compte comme éléments favorisants. C’est le cas notamment de la pollution atmosphérique et d’un environnement fumeur, susceptibles dans les deux cas de sensibiliser les bronches et de favoriser une infection respiratoire comme le rhume(4).